COVID-19 = Livraison offerte
+ 200 clients satisfaits
Satisfait ou remboursé
Support client à votre écoute
Paiements 100% sécurisés

Comment le CBD réduirait les troubles obsessionnels compulsifs TOC

Les personnes atteintes de trouble obsessionnel-compulsif (TOC) ressentent le besoin de se libérer de l'anxiété en effectuant des rituels ou en répétant des activités pour éviter que des phénomènes effrayants ne se produisent. Habituellement, ils sont conscients de l'absurdité de leur comportement et ont honte.

PRÉCISION, PERFECTIONNISME OU OBSESSION COMPULSIVE ?

Quand on regarde les jeux d'enfants, certains rituels me viennent à l'esprit: «Si j'arrive au bout de la rue sans mettre le pied sur les joints du trottoir, j'obtiendrai une bonne note sur ma feuille de papier.» En tant qu'adultes, nous n'avons pas toujours abandonné ces habitudes. Nous organisons parfois des rituels pour conjurer le destin: "Si je porte ce bijou, mon entretien se passera bien." C'est notre participation à la superstition, qui n'est pas pathologique tant qu'elle ne nuit pas à notre vie quotidienne. "

Être perfectionniste, obsédé par l'organisation ou très exigeant ne signifie pas nécessairement être compulsif. Ces comportements servent souvent à améliorer sa propre image et contribuent à la réussite professionnelle. Il n'y a rien de pathologique à cela, tant que le temps passé à ces activités est raisonnable et tant que le comportement ne cause pas d'anxiété, de souffrance ou de préjudice à la vie sociale et émotionnelle.

QU'EST-CE QUE LE TROUBLE OBSESSIF COMPULSIF ?

Le trouble obsessionnel compulsif, également connu sous le nom de TOC, est une forme de trouble anxieux. Les personnes atteintes de TOC sont obsédées par des pensées troublées qui sont difficiles à ignorer, parasitent leur esprit et provoquent un fort sentiment de culpabilité.

Nous avons tous parfois des idées dérangeantes, mais nous savons comment les rejeter comme étant déraisonnables. La personne atteinte de TOC interprète mal ces pensées intrusives et les considère comme des signes d'un malheur imminent. Une personne souffrant de trouble obsessionnel-compulsif s'épuise à lutter contre ces pensées sombres et la peur et la culpabilité qu'elles provoquent: c'est ce qu'on appelle l'obsession. Elle est consciente que ces idées récurrentes sont infondées et disproportionnées, mais que ses tentatives pour les contrer génèrent un niveau d'anxiété inacceptable. Les obsessions les plus courantes sont la saleté, la peur de commettre des actes de violence, la peur d'un comportement scandaleux.

Face à ces obsessions, les actions répétitives ou les compulsions sont un moyen d'échapper à la peur. La personne malade se sent obligée d'accomplir certains rituels pour éviter que des phénomènes effrayants ne se produisent. Cependant, il est conscient que c'est ridicule. Peu à peu, le cerveau apprend que cette petite manie soulage rapidement l'anxiété, mais ce répit n'est que de courte durée. Ce rituel se répète de plus en plus souvent et se transforme en un trouble obsessionnel compulsif, un piège vivant dans le secret et la honte.

Si, pour une raison quelconque, un élément extérieur rend impossible l'exécution du rituel, l'anxiété atteint un niveau insupportable. Les rituels peuvent durer plusieurs heures dans la journée, perturbant la vie quotidienne et empêchant l'accès à la vie sociale et professionnelle normale. Ils amènent souvent la personne atteinte à vivre une vie de secret et de honte, ce qui finit par conduire à l'épuisement et à la dépression.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DES DIFFÉRENTS TOCS ?

Les rituels pour calmer l'anxiété peuvent prendre plusieurs formes: rituels de vérification (vérification constante de la fermeture des serrures ou du gaz, appareils ménagers déconnectés de l'alimentation électrique, mise hors tension); rituels de répétition (traverser et franchir les portes, gestes répétés, répéter un mot ou un nombre); ordonner et ordonner des rituels ou des rituels d'évitement (on ne prend jamais un chemin spécifique, on ne touche jamais à un objet spécifique).

OBSESSIONS PHOBIQUES

La personne a peur de simplement invoquer un objet ou une situation, même si elle n'est pas présente (par opposition à une phobie). L'obsession la plus courante de ce type est la peur de se salir, d'être infecté par des germes ou contaminé par des radiations, des déchets toxiques ou des produits ménagers. Ces obsessions s'accompagnent de rituels de lavage et de nettoyage excessifs: se laver les mains plusieurs fois par jour ou se doucher plusieurs fois, selon des règles qui peuvent paraître étranges, comme prendre et mettre du savon douze fois avant utilisation.

OBSESSIONS SUR LE POINT D'ERREURS OU D'OMISSIONS

C'est, par exemple, la peur constante et obsédante d'oublier de faire quelque chose, de faire un mauvais travail, de perdre un article, de se tromper dans une lettre. Les pensées obsessionnelles se concentrent sur la moralité, la religion, l'idée de ce qui est juste

OBSESSIONS IMPULSIVES

Les gens ont peur de commettre un acte criminel, pervers, sacrilège ou absurde, ou de tuer involontairement, par exemple en traversant un piéton avec leur voiture.

OBSESSIONS COLLECTOR

Ils provoquent un besoin excessif d'accumuler des objets sans valeur ou totalement inutiles. Dans certains cas graves, l'appartement peut être complètement recouvert de détritus.

OBSESSIONS D'ORDRE ET DE SYMÉTRIE

Le patient estime qu'un événement grave peut arriver à un être cher ou à lui-même, si certains éléments ne sont pas parfaitement disposés ou positionnés d'une certaine manière.

QUE PEUT-IL SE PRODUIRE EN CAS DE TOC NON TRAITÉE ?

Un TOC non traité provoque une dépression dans plus de la moitié des cas. Ils peuvent également provoquer une phobie sociale associée à la honte envers les symptômes de la maladie et à la peur du jugement d'autrui.

Il est possible de vivre avec un TOC, qui peut être périodique ou permanent. Parfois, ce trouble diminue avec l'âge.

QU'EST-CE QUI CAUSE UN TOC ?

Le TOC semble avoir de multiples origine : génétique, biologique et psychologique. La sensibilité génétique a été démontrée notamment par des études menées sur des patients ayant des jumeaux identiques: 60% d'entre eux avaient également un trouble obsessionnel-compulsif. La recherche sur la fonction cérébrale a montré que les personnes atteintes de TOC subissent des changements dans l'activité nerveuse dans certaines zones du cerveau.

Les psychanalystes disent que le Trouble Obsessionnel Compulsif est une expression du mécanisme de défense de la psyché contre les manifestations d'agression inconsciente. Cette défense prend alors la forme d'une grande rigidité mentale et de nombreuses interdictions.

LES TOCS CONCERNE QUI ?

On estime que 2% à 3% de la population est touchée par un trouble obsessionnel-compulsif. Deux tiers des patients souffrent de l'apparition de la maladie avant l'âge de 25 ans, parfois dans la petite enfance. Alors que la proportion d'hommes et de femmes dans le groupe des adultes est à peu près la même (52% des femmes), les garçons sont plus susceptibles d'être touchés que les filles à l'adolescence.

Le trouble obsessionnel-compulsif est le quatrième trouble psychologique le plus fréquent en termes de fréquence, après les phobies, les addictions et la dépression.

Certains traits de personnalité semblent être présents chez les personnes prédisposées à ce trouble: un sens exagéré des responsabilités, une incapacité à tolérer l'incertitude, une tendance à surestimer l'importance des opinions des autres et la nécessité de les contrôler, par exemple.

COMMENT LE TOC EST-IL DIAGNOSTIQUE ?

La présence d'obsessions, de compulsions ou d'une combinaison des deux n'est pas suffisante pour poser un diagnostic de TOC. Si les obsessions et les compulsions prennent plus d'une heure par jour et interfèrent de manière significative avec le travail, les activités sociales et les relations, alors le TOC peut être présent. Le temps passé à effectuer des rituels est un indicateur de la gravité de la maladie. Les obsessions doivent être répétitives, persistantes, intrusives et évoquer une anxiété ou une détresse évidente, même en l'absence de l'objet ou de la situation redoutée. Les compulsions sont irrésistibles, mais elles ne sont que relativement efficaces pour soulager l'anxiété.

Le délai entre l'apparition de la maladie et le diagnostic est souvent long, car les personnes atteintes de TOC ont tendance à cacher leurs symptômes le plus longtemps possible. Ils organisent leur vie pour que leur compulsion soit invisible, même pour ceux qui sont proches d'eux.

Le traitement du trouble obsessionnel-compulsif implique l'utilisation de techniques de psychothérapie et éventuellement d'antidépresseurs. Le but de la psychothérapie est de maintenir la vie sociale et émotionnelle, malgré la persistance possible de certains symptômes après la fin du traitement

LA PSYCHOTHÉRAPIE EST-ELLE EFFICACE DANS LE TRAITEMENT DU TOC ?

La thérapie comportementale est souvent utilisée pour traiter le TOC. Pendant quarante à cinquante séances, la personne atteinte de TOC est volontairement confrontée à des situations qui provoquent de l'anxiété, d'abord mentalement puis dans la vie de tous les jours. La personne est fortement encouragée à développer d'autres mesures afin de contrôler leur anxiété.

La thérapie cognitive peut être démarrée en même temps. Il aide le patient à réinterpréter plus objectivement ses pensées invasives, faisant ressortir leur côté irrationnel et injustifié. Ces thérapies sont souvent efficaces. Cependant, la disparition du TOC peut parfois conduire à l'apparition d'un autre symptôme d'anxiété (ex: phobie, crise de panique).

La psychanalyse et la psychothérapie d'inspiration analytique, qui nécessitent un investissement plus long, ne sont pas très efficaces pour soulager les symptômes à court terme. Cependant, ils peuvent aider à découvrir la source du conflit à l'origine de ces troubles et ainsi conduire à un bien-être durable.

QUELS MÉDICAMENTS SONT UTILISÉS POUR TRAITER LES SYMPTÔMES ?

Les antidépresseurs sont les principaux médicaments utilisés et seraient efficaces dans environ 60% des cas. Souvent, les symptômes diminuent sans que l'intensité ne disparaisse complètement.

Deux types d'antidépresseurs sont utilisés: certains inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (SRI) et l'antidépresseur imipramine clomipramine (Anafranil et ses génériques).

Les antidépresseurs semblent être plus efficaces avec les pensées obsessionnelles qu'avec les pensées compulsives. Les doses utilisées sont souvent plus élevées que pour le traitement de la dépression.

Parfois, le traitement peut ne pas être efficace jusqu'à deux mois. Cela ne doit pas décourager les patients de poursuivre leur traitement. L'arrêt du traitement doit être progressif et étalé sur plusieurs mois.

Le CBD dans le syndrome des troubles obsessionnels compulsifs

Les personnes atteintes de TOC, rapportent que la gravité de leurs symptômes a été diminués d'environ la moitié en consomment du cannabis, selon une étude de l'Université de l'État de Washington.

Les chercheurs ont analysé les données par informatique de personnes qui se sont identifiées comme ayant un trouble obsessionnel-compulsif, une condition caractérisée par des pensées intrusives et persistantes et des comportements répétitifs tels que la vérification compulsive de la fermeture de la porte. Après avoir utilisé du cannabis, les consommateurs ont indiqués que cela diminué leurs symptômes de 60%, les pensées envahissantes ou indésirables de 49% et l'anxiété de 52%.

Une étude, publiée dans le Journal of Affective Disorders, a révélé que des doses plus importante de cannabis avec des concentrations plus élevées de CBD ou de cannabidiol étaient associés à une réduction de la compulsion.

«Les résultats globaux indiquent que le cannabidiol peut avoir un effet positif à court terme sur le TOC, mais pas à très long terme», a déclaré Carrie Cuttler, auteur de l'étude, professeur adjoint de psychologie à WSU. "Pour moi, les résultats du CBD sont prometteurs car la molécule cannabidiol n'est pas psychotrope et n'engendre pas de dépendance. C'est un domaine qui bénéficierait vraiment de la recherche clinique sur les changements de compulsions, et d'anxiété avec du CBD pur."

Les traitements actuels du TOC inclus La thérapie comportementale est souvent utilisée pour traiter le TOC, dans laquelle la pensée irrationnelle des gens sur leur comportement est directement remise en question, et en médication certains inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (SRI) et l'antidépresseur. Bien que ces traitements aient des effets bénéfiques pour de nombreux patients, ils ne guérissent pas le trouble et ne fonctionnent pas pour toutes les personnes atteintes de TOC.

«Nous essayons d'en apprendre davantage sur la relation entre la consommation de CBD et le TOC parce que c'est un domaine qui est vraiment sous-estimé», a déclaré Dakota Mauzay, doctorante au laboratoire de Cuttler et premier auteur de l'article.

En plus de leurs propres recherches, les chercheurs n'ont trouvé qu'une seule autre étude sur le sujet: un petit essai clinique avec 12 patients qui a trouvé une réduction des symptômes du TOC après la consommation de cannabis légal, mais ce n'était pas beaucoup plus que la réduction associée au placebo.

d'autres recherches, en particulier des études cliniques sur le composant cannabis CBD, pourraient démontrer un potentiel thérapeutique pour les personnes atteintes de TOC.

 

 sources :
Site de l'Association française de personnes souffrant de troubles obsessionnels et compulsifs, AFTOC, 11/2018
TOC, Assurance Maladie, 06/2018
Guide du bien-être psy, Vidal, 2008

Articles de blog que vous pourriez aimer :

Le CBD cannabidiol et les Huiles Essentielles enfin réunis

Le CBD et les Maladies Chroniques de l'Intestin

L'huile de CBD peut-elle aider à traiter la sinusite ?

Le CBD dans le sport améliore Le gain et la récupération musculaire.

10 avantages stupéfiant du CBD pour la santé humaine, sans effets secondaires

Nos Produits Phares :