COVID-19 = Livraison offerte
+ 200 clients satisfaits
Satisfait ou remboursé
Support client à votre écoute
Paiements 100% sécurisés

L' Europe rend les lettres de noblesse au cannabis thérapeutique

Les législateurs européens ont salué la récente décision des Nations Unies (ONU)

Les Nations Unis ont mit fin au cannabis en tant que drogue la plus dangereuse, affirmant que ce serait une force motrice derrière la recherche et l'établissement d'un nouveau cadre réglementaire pour le cannabis thérapeutique.

Le mercredi 2 décembre 2020, la Commission des Nations Unies sur les stupéfiants (CND) a voté pour retirer le cannabis et le haschich de la Convention unique de 1961 sur la liste des stupéfiants.

Les substances énumérées dans cette liste ne sont pas seulement considérées comme hautement addictives et hautement sujettes aux abus, mais aussi particulièrement nocives et d'une valeur médicale ou thérapeutique très limitée.

C'était l'une des principales raisons qui a découragé l'usage médical plus répandu du cannabis.

Néanmoins, certains produits médicaux à base de cannabis sont déjà autorisés dans l'UE. Le cannabis à des fins thérapeutiques est également disponible pour quelques patients dans les pays de l'UE, sur la base de prescriptions individuelles.

Selon les données de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), au cours des 20 dernières années, l'intérêt des patients pour l'utilisation des cannabinoïdes dans le traitement de diverses maladies a augmenté.

Celles-ci incluent des tentatives pour soulager la douleur neuropathique; plusieurs formes d'épilepsie résistante aux médicaments; certains symptômes rebelles en oncologie liés au cancer ou au traitement du cancer; situations palliatives; spasticité douloureuse dans la sclérose en plaques ou d'autres troubles du système nerveux central.

Un nouveau regard sur la marijuana thérapeutique grâce à un projet pilote français ?

Le mois dernier, le gouvernement français a signé un décret pour démarrer un projet pilote de marijuana médicale de deux ans.

Objectif du cannabis thérapeutique ?

Soulager 3 000 patients souffrant de maladies graves telles que des douleurs chroniques ou des troubles épileptiques.

"Le vote d'aujourd'hui était très attendu, notamment par les patients", a commenté l'eurodéputée belge Frédérique Ries.


Le législateur libéral s'attend à ce que cette décision «historique» déclenche une réévaluation des barrières réglementaires au cannabis médicinal dans le monde et une nouvelle vague de recherche sur le potentiel inexploité du cannabis médical au profit des patients.

Elle a ajouté que malgré les avantages du cannabis médicinal dans le traitement d'un large éventail de maladies, il y avait encore un manque de connaissances à ce sujet.

De même, l'eurodéputé vert Tilly Metz a déclaré que la classification était taboue autour de la prescription de marijuana à des fins médicales au détriment des patients.

Les patients «qui consomment ne prennent pas de drogues», a déclaré Euractiv, suggérant que le statut plutôt désuet de la «drogue» a entravé la poursuite des recherches dans le domaine très prometteur de la marijuana thérapeutique.

Pour l'eurodéputé socialiste Alex Agius Salib, l'harmonisation des normes pour les produits du cannabis médical au niveau de l'UE devrait être une priorité pour les législateurs européens car elle améliorera l'accès équitable des patients aux médicaments à base de cannabis.

En février 2019, le Parlement européen a adopté une résolution invitant la Commission européenne et les autorités nationales à présenter une définition juridique de la marijuana à des fins médicales.

Cependant, la présidence allemande du Conseil de l'UE et la Commission européenne ont récemment confirmé qu'il n'y avait pas de plan européen pour éliminer les obstacles réglementaires à l'usage médical du cannabis à court terme.

"Nous devons encourager un dialogue plus ouvert avec les patients atteints de cannabis médical pour créer un secteur durable et respectueux de l'environnement à travers le bloc", a déclaré Saliba.

L'European Medical Marijuana Society (EUMCA) a déclaré :

qu'une décision de l'ONU pourrait supprimer les obstacles à l'accès à l'usage médical du cannabis et permettre à davantage de patients européens d'accéder à ces traitements.

"Cependant, il ne devrait y avoir aucun compromis sur les normes de qualité pour le traitement de la dépendance au cannabis, et il reste beaucoup à faire", a déclaré Sita Schubert, secrétaire générale de l'EUMC.

Selon la Cour européenne de justice, le cannabidiol n'est pas un stupéfiant. Interdire le cannabidiol importé par d'autres États membres serait contraire à la législation de l'UE car il n'existe aucune preuve scientifique que les produits du cannabis ont des effets psychotropes.

La décision de l'ONU est intervenue une semaine après que la Cour européenne de justice (CJCE) a statué sur la CDB

La décision de l'ONU a statué que le CBD, un composé chimique dérivé de plantes de chanvre et contenant moins de 0,2% de tétrahydrocannabinol (THC), ne semble pas avoir d'effets psychotropes sur l'état actuel des connaissances scientifiques ni nocif pour la santé humaine.

À la lumière d'une récente décision de la CJE, la Commission européenne a conclu que l'huile de cannabis (CBD) ne devait pas être considérée comme un médicament et pouvait donc être classée comme nouvel aliment.