#Colissimo GRATUIT dès 20€
+ 500 clients satisfaits
Comblé ou remboursé
Service Client réactif
Paiements 100% sécurisés

Temoignage de la maladie de Crohn, les effets du CBD

Publié par CBDTECH FRANCE le

Temoignage de la maladie de Crohn, les effets du CBD

Marcel Brunner

"J'aimerais que les gens comme moi cessent d'être criminalisés."

Marcel Brunner Bild 1

Marcel a sept ans lorsqu'il est admis à l'hôpital en raison de la présence de sang dans ses selles et d'une suspicion d'appendicite.

Malheureusement, le soupçon n'est pas confirmé : l'appendice de Marcel va bien. Au début, personne ne sait ce qui ne va pas chez Marcel. Pour le garçon, cela signifie quatre semaines à l'hôpital, seul dans une chambre à huit lits.

"Je me souviens encore de la première fois où j'ai été à l'hôpital. Je me sentais si seule, si triste et si effrayée. Et parce que c'était proche de Noël, je ne savais pas si je pourrais célébrer le réveillon de Noël à la maison avec ma famille".

Marcel est atteint de la maladie de Crohn

Après de nombreux tests, il s'avère que Marcel est atteint de la maladie de Crohn, une inflammation chronique des intestins. Comme la recherche sur la maladie de Crohn en était encore à ses débuts au début des années 2000,

il est "...bourré de cortisone

À l'époque, le médicament était considéré comme une "panacée". Je suis devenu rondouillard et vraiment ballonné à cause de la rétention d'eau", dit le jeune homme. Au moins, la cortisone permet de maîtriser la maladie de Crohn pendant quelques années.

la maladie frappe à nouveau de plein fouet

Lorsque Marcel a onze ans, la maladie frappe à nouveau de plein fouet. À l'époque, il devait passer les trois quarts de l'année à l'hôpital pour enfants de Saint-Gall (Suisse) et il y recevait également des cours.

"Faire des devoirs et apprendre sans être dérangé à l'hôpital est presque impossible. Il y avait beaucoup de distractions parce que, par exemple, les  l'infirmières n'arrêtait pas de venir dans la chambre".

Au lycée, malgré ses longs séjours à l'hôpital, il reste au top de son travail scolaire et n'a pas à redoubler une classe

Comme la cortisone anti-inflammatoire finit par ne plus l'aider, il est rapidement considéré comme "hors traitement".

C'est pourquoi les médecins conseillent une ablation chirurgicale du côlon et de la moitié de l'intestin grêle.

"On ne m'a pas demandé à l'époque. Ma mère a dû prendre une décision et elle a fait confiance aux médecins. Je ne blâme personne - ils ne connaissaient pas d'autres moyens".

Malheureusement, l'opération ne fait que retarder son problème. Au lieu des intestins, l'estomac et l'œsophage de Marcel sont maintenant enflammés, et une fistule se forme du rectum à la vessie.

En conséquence, l'urine et les selles se mélangent et Marcel souffre d'infections constantes de la vessie et des reins.

"Le chirurgien m'a dit que la fistule pouvait être enlevée chirurgicalement. Mais il n'y avait qu'une chance sur deux que l'opération réussisse. Pour moi, c'était trop peu. J'aurais pu devenir impuissant ou avoir besoin d'une sortie de vessie artificielle".

Les problèmes de rein et de vessie de Marcel persistent donc jusqu'à ce qu'il reçoive une sortie intestinale artificielle (stomie) à l'âge de 12 ans.

Désormais, Marcel doit toujours porter le sac de stomie avec lui. Il en a honte - surtout devant les filles.

Certains camarades de classe me harcèlent également : "Les sacs de stomie étaient encore très mauvais à l'époque par rapport à aujourd'hui. Quelques fois, le sac a fui à l'école et il y a eu un énorme désordre. J'ai été taquiné et même battu", raconte-t-il étonnamment calme.

Marcel ment ensuite à ses médecins, hommes et femmes, en leur disant que la fistule vésicale n'est plus un problème - seulement pour que sa sortie intestinale artificielle soit inversée. "Je détestais ma maladie et je voulais paraître en bonne santé. Bien sûr, sans l'évacuation intestinale artificielle, les problèmes de fistules sont revenus, ainsi que les infections de la vessie et des reins". Pendant quelques années, il s'en est sorti en prenant des analgésiques et des antibiotiques.

Malgré ses nombreuses absences pour cause de maladie, Marcel termine avec succès ses études secondaires et commence un apprentissage d'électricien.

Cependant, il doit interrompre son apprentissage - en partie parce qu'il n'y a souvent pas de toilettes sur les chantiers. Il passe à un apprentissage commercial, le termine avec succès et travaille ensuite à temps partiel dans une collectivité locale.

À l'âge de 22 ans, cependant, son état s'est détérioré à tel point qu'il a décidé de se faire insérer une autre stomie. Il a demandé des conseils détaillés à un fabricant et a découvert que la technologie des stomies s'était améliorée. Avec la nouvelle sortie intestinale artificielle, les inflammations de la vessie et des reins disparaissent enfin

Malheureusement, la maladie de Crohn est toujours présente.

Marcel souffre de mauvaises périodes de diarrhée, durant lesquelles il perd plusieurs litres de liquide à la fois. "Je n'arrivais pas à suivre le rythme de la boisson. Au début, je recevais des perfusions une fois par semaine à l'hôpital, puis tous les jours. Sans eux, je serais mort de soif. De plus, j'étais constamment fatigué et étourdi par la déshydratation constante", dit-il à propos de cette terrible période. Chez lui, seul dans son appartement, il n'a souvent guère la force de se procurer quelque chose à boire ou à cuisiner.

Une amélioration brutale grâce au cannabis

Lorsque Marcel, à la fin de la vingtaine, a de nouveau des palpitations cardiaques - dues à la déshydratation - et qu'il ne peut pas dormir à cause de cela, il attrape un joint pour la première fois.

Il remarque immédiatement à quel point cela lui fait du bien : il peut s'endormir, ses intestins se "calment" et ses plaintes diminuent. Marcel s'était déjà renseigné sur les effets positifs du cannabis sur la maladie de Crohn sur Internet.

Au début, il ne fumait que le soir avant de s'endormir, puis deux à trois joints par jour :

"Mais toujours seulement lorsque j'avais coché toutes mes tâches et que je n'avais certainement plus besoin de conduire.

En raison de l'effet anti-inflammatoire du cannabis, l'activité intestinale de Marcel ralentit : finalement, l'organe peut mieux utiliser le liquide et la nourriture qui lui sont donnés. Marcel a beaucoup plus d'énergie. Et il doit prendre moins de médicaments.

Cela se passe bien pendant quelques années jusqu'à un contrôle routier en 2016, lorsque le policier demande un test d'urine. Marcel lui explique ses antécédents médicaux et

"...qu'il ne pouvait pas pisser dans un tube comme une personne saine".

Le flic fait alors un prélèvement buccal, dont le résultat est négatif, et le laisse partir. Malheureusement, le policier signale les antécédents médicaux de Marcel au bureau de la circulation routière, à la suite de quoi Marcel est obligé de passer un test de circulation - pour un coût de 1400 francs.

Marcel raconte ouvertement à la psychologue de la circulation ses antécédents médicaux et lui explique qu'il utilise le cannabis pour l'auto-thérapie.

Bien sûr, le test anti-drogue obligatoire est positif. Marcel souligne :

"Je suis une personne responsable et je ne mettrais jamais intentionnellement quelqu'un en danger. Conduire après un joint, ça ne m'est jamais arrivé. D'autre part, personne ne s'en soucie, et il est même légal de conduire une voiture gonflée aux analgésiques comme la morphine. Ce qui était souvent le cas pour moi par nécessité lorsque je devais aller à l'hôpital".

Le bureau de la circulation routière retire le permis de conduire de Marcel. Il se défend avec l'aide d'un avocat et d'une lettre de son médecin - malheureusement sans succès.

Pour Marcel, conduire une voiture signifie un peu de liberté pour plusieurs raisons : "La voiture m'offre un espace protégé. Si je dois aller aux toilettes, je peux simplement m'arrêter sans stress. Je peux me rendre rapidement en voiture à mes nombreux rendez-vous chez le médecin et à l'hôpital. Je peux également rendre visite à ma mère gravement malade dans la maison de retraite située à 20 minutes de là, à tout moment. En transport public, je devrais changer de train quatre fois et il me faudrait bien plus d'une heure".

Dorénavant, Marcel doit se soumettre à des tests d'urine et à des conseils en matière de drogue tous les mois pendant un an. Il se souvient :

"J'ai même eu des pensées suicidaires à cause de l'interdiction de conduire. Je ne pouvais plus guère rendre visite à ma mère, j'avais des crises d'angoisse et ma santé s'est encore détériorée. Je me suis sans cesse posé la question : pourquoi suis-je puni ainsi ? Je n'ai rien fait de mal".

Marcel raconte ses pensées à sa confidente à l'hôpital et elle lui répond immédiatement. Un psychologue est appelé et Marcel reçoit des antidépresseurs d'urgence. Marcel réduit sa consommation de cannabis et finit par arrêter complètement. Malheureusement, avec la réduction de la consommation de cannabis, ses problèmes de santé reviennent également.

Un an plus tard : il passe le test de circulation et le test final de dépistage de drogue, qui lui coûte à nouveau 1400 francs - aussi parce que le psychologue de la circulation n'est pas un adversaire déclaré du cannabis.

Marcel est tenu de passer des tests d'urine tous les mois pendant un an et de continuer à suivre des conseils en matière de drogue. Ce dernier fait un bien inattendu à Marcel - parce qu'il est reçu sans préjugés, a de bonnes conversations et se sent compris.

"Finalement, quelqu'un m'a dit que je n'avais rien fait de mal. Et il m'a été confirmé que ma vie - malgré l'interdiction de conduire - est bien maîtrisée".

Marcel, pour pouvoir être mobile, a arrêté son auto-thérapie au cannabis. Grâce à de nombreuses conversations professionnelles, à sa partenaire et à un cercle d'amis stable, il va beaucoup mieux aujourd'hui. Entre-temps, il a également appris à accepter sa maladie, ce qui lui facilite la tâche sur le plan psychologique.

Depuis février 2021, il travaille à temps partiel pour le canton dans un poste d'insertion et a de bonnes chances d'être embauché définitivement.

Il aimerait également augmenter sa charge de travail. En ce qui concerne le cannabis, il a un souhait : "J'espère que les préjugés contre les personnes qui se traitent avec du cannabis cesseront bientôt. J'espère que le corps médical et les autorités se rendront compte qu'il y a des gens comme moi qui ne peuvent être aidés que par le cannabis. Et que nous sommes donc loin d'être des criminels".

← Article précédent


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.

SERVICE CLIENT 24/7

Notre équipe est à votre disposition pour toute question sur nos articles ou votre commande.

PAIEMENTS SÉCURISÉS

La gestion de nos paiements en ligne sont 100% Sécurisés avec VivaWallet 3D Secure

LIVRAISON GRATUITE

dès 20€ avec Notre Partenaire Colissimo. Nos délais de livraison sont de 2 à 3 jours pour la France.

Comblé OU REMBOURSÉ

Nous proposons le Satisfait ou Remboursé pendant 14 jours après réception des articles !